PW50 1984 – Remontage final de la moto

Ça y est, nous y voilà, on attaque la phase finale du remontage de la moto. On attaque par la pompe à huile pour laquelle on a la durite dans cet état :

Le changement de durite n’est pas très long, et une fois que c’est fait, je remets en place la pompe dans sa protection plastique puis je la réinstalle en prenant soin de câbler la pompe, de bien passer la durite de refoulement puis d’installer la durite du bocal.

Ensuit il y a une opération super importante : il faut purger la pompe. En effet j’ai nettoyé le bocal et la durite et l’huile n’est pas encore descendue dans la pompe. Imagines les premiers tours de roue sans huile … Je remplis donc le réservoir d’huile Motul 710 2T et une fois que c’est fait j’ouvre la vis de purge (entourée en bleu). Quand l’huile verte arrive, c’est que le circuit est amorcé et que je n’ai plus de bulles d’air dans la pompe.

Par précaution, le temps que la durite de refoulement se remplisse, je ferai tourner la moto avec un peu de mélange au premier démarrage. Une fois que l’huile arrivera par le refoulement, je remplacerai alors par du super traditionnel.

Une fois que ces étapes sont faites, je remonte le bras de roue AR côté droit, l’amortisseur, l’échappement et le silencieux. Rien de bien sorcier ! Il ne reste plus beaucoup de choses à remonter mais je fais un petit essai quand même 😉

Je fabrique 1L de mélange 2% qui me servira pour le PW80 ensuite et je remplis le réservoir avec. Je l’installe en temporaire, règle le carburateur avec la vis de ralenti élevée et la vis d’air à 1 + 3/8 tours dévissé. Et je kick avec le starter enclenché. Au bout de 6/7 coups de kick, la moto démarre et tourne parfaitement bien, un peu haut en régime. Je baisse le ralenti, coupe le starter, passe en RUN et mets quelques coups de gaz histoire de profiter de l’odeur de l’huile 2T brulée dans le garage 😉

Je patiente quelques minutes jusqu’à ce que la durite de refoulement d’huile envoie de l’huile puis je coupe la moto. Je branche la durite d’huile sur le carburateur, vidange le réservoir d’essence et mets à la place 1L de super traditionnel. Je redémarre, la moto fume pas mal (tu m’étonnes : pompe + mélange) mais quelques instants plus tard j’ai un niveau de fumée tout à fait normal. C’est tip-top !

Ensuite je m’occupe du réglage du câble de gaz « chinois » qui me pose bien des soucis du fait qu’il n’a pas le petit capuchon en silicone qui permet de bien l’ajuster dans le comodo de gaz. Quelques réglages plus tard j’ai enfin la bonne garde et une position correcte ! Par précaution je mets un petit rizlan avec le faisceau derrière le garde boue AV pour que cela ne bouge pas.

Ensuite je m’attaque à la vidange moteur. Ici j’y vais avec 300ML d’huile Motul 7100 10w30. Tu remarqueras que l’huile moteur était bien noire ! Ça va lui faire du bien !

Et je termine par la boite à air / filtre à air. En attendant que mon manchon finisse de tremper dans mon bain d’huile de gaulthérie / alcool isopropylique, je file dans la cuisine mettre un coup de propre à la boite à air et au filtre à air. Je remarque que le filtre à air n’est pas d’origine et ses dimensions ne correspondent pas exactement… Passons…

Haa c’est tout propre, aussi bien intérieur qu’extérieur ! Je n’ai plus qu’a attendre que le filtre sèche complètement puis je vais le huiler. Hein ? Hé oui les filtres à air en mousse s’huilent ! Que ce soit sur une petite ou grosse moto, c’est la même punition ! Donc une fois sec je retourne dans le garage et j’huile le filtre avec mon huile Motul A3.

Je n’ai pas fait de photo les mains pleines d’huile mais j’ai pu refermer la boite à air en bataillant un peu ! Je n’ai plus qu’à attendre mon manchon qui trempe toujours pour finir de remonter la boite à air.

… Après 120h de trempage en tout, j’ai le manchon prêt et je peux réinstaller la boite à air puis remonter la selle pour terminer le montage.

Et voilà la vidéo finale. Je précise qu’il s’agit d’un démarrage à froid, il fait 2°C dehors et la moto a été remontée la veille.

Au premier coup de kick ça part, c’est parfait ! Voilà qui conclus donc notre épopée sur ce PW50. J’espère que M* sera content du résultat. Y’a pas de raison en même temps, tout a été inspecté (hormis le bas moteur) et tout a été remis en état de marche comme il le faut.

En attendant d’avoir d’autres projets à te présenter, j’ai quelques articles qui trainent sur la katoche notamment et d’autres petites choses. A la semaine prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.