PW 50 – Restauration Partie 1 – Démontage de la moto

Hello, après avoir abandonné ce blog durant la belle saison, voici un article sur la le PW 50. Et oui, la machine est terminée et en état quasi neuf, j’ai donc beaucoup à raconter sur la restauration.

Commençons donc par le démontage complet, nous sommes mi-décembre 2017. On commence donc par virer selle et garde boue AR, garde boue AV, carburateur, boite à air, tous les cables (frein AV/AR, starter, accélérateur et pompe à huile) ainsi que la partie électronique avec le faisceau et les différentes bobines. Ensuite j’ai démonté en commençant par la partie AV à savoir roue AV, frein AV et tubes de fourche pour terminer par le guidon.

On note au passage le superbe état des tubes de fourche en haut a gauche sur la photo ainsi que les tés de fourche et cadre bien rouillés de partout.

Ensuite, je démonte la partie AR afin de désolidariser l’ensemble moteur du cadre. C’est relativement simple à réaliser, il suffit de démonter la plaque sur le côté droit du « bras oscillant » (au final composé du cardan d’un côté et d’une plaque de l’autre), les amortisseurs AR et l’axe de maintien moteur dans le cadre. Il reste donc l’ensemble moteur ci-dessous qui sera démonté plus tard (sauf le haut moteur pour voir la gueule de l’ensemble cylindre / piston 🙂 )

ensemble moteur-cardan
cadre

Et là c’est la « bonne » surprise ! Un oeil averti l’aura tout de suite remarqué sur la photo précédente, mais en fait le cadre a été plié et ressoudé au niveau de la colonne de direction. Voir les photos ci-dessous qui en disent long sur l’état et le travail de boulanger-carreleur fait sur ce cadre :

On voit clairement sur les photos que le cadre a bien plié. L’angle de chasse n’est donc plus correct d’une part, le cadre est fragilisé et cela a été chauffé / ressoudé à la n’importe nawak !!!

Me voilà donc bien embêté, ne voulant pas que mes mômes montent sur une moto pas solide comme à l’origine. Quelques recherches sur Internet m’orientent vers des sociétés spécialisées dans la réfection de cadre, mais qui m’annoncent des tarifs de l’ordre de 700€, soit plus cher qu’un cadre neuf trouvable pour 550€. En parallèle de ca, j’en discute avec mon frère Brice qui voit ses mécanos au garage experts en soudure au TIG faire des découpes / recoupes et soudures sur des caisses à longueur de journée. Même si on repart pas sur un cadre « neuf », on a peut être moyen de rectifier l’angle de chasse et de ressouder et consolider ça proprement. Banco, on se voit pour Noël donc le cadre partira en Charente-Maritime quelques semaines pour une petite cure de jouvence !

La suite : désassemblage des tubes de fourche et état cylindre / piston…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.